GrandSoissons Agglomération, une volonté de positionner sa marque de territoire dans le paysage de l’attractivité territoriale

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Interview David Glatigny, Directeur de la Communication au Cabinet d’Alain Crémont Président de GrandSoissons Agglomération et Maire de Soissons : De l’autre côté du vase est la nouvelle signature choisie pour GrandSoissons afin de rappeler le dynamisme d’un territoire empreint d’histoire ...

#JaimeLaCom

Valoriser au quotidien les initiatives locales et ce que le territoire a de mieux, cultiver la fierté des habitants et rendre les services accessibles à tous.

David Glatigny, Directeur de la communication de la ville de Soisson.

Être directeur de la communication pour la ville de Soissons, ça veut dire quoi au quotidien ? Que signifie pour vous les enjeux du marketing territorial ?

L’enjeu numéro 1 consiste à valoriser le GrandSoissons que ce soit à travers son histoire, ses projets ou encore les initiatives qui y sont menées par les habitants, entreprises ou associations. Au quotidien il s’agit donc de récolter l’information locale et de la transmettre du mieux possible pour la rendre claire, visible et accessible à tous. Là où les médias peuvent parfois être tentés de feuilletonner sur une actualité « sinistre », notre traitement de l’information est, lui, volontairement positif. Nous concentrons ainsi nos efforts pour valoriser ce que le territoire a de mieux au quotidien. Nous constatons tous les jours qu’il y a toujours de belles choses à mettre en lumière.

L’objectif principal de cette démarche est double. Il s’agit à la fois de rendre les Soissonnais chaque jour plus fiers de vivre sur leur territoire mais aussi de se montrer sous notre meilleur jour pour y attirer des visiteurs, investisseurs et futurs habitants.

Grand Soissons Agglomération exprime la volonté de positionner sa marque de territoire dans le paysage de l’attractivité territoriale. Pouvez-vous nous en expliquer la démarche, l’ambition et l’expression de ce marqueur visuel et historique ?

D’un point de vue de la notoriété, nous avons à Soissons une chance incroyable : celle d’être la première ville citée dans les livres d’histoire de France. A l’heure où de nombreux territoires souffrent d’un manque de visibilité, nous bénéficions ici d’une identité connue et reconnue aux six coins de l’hexagone.

L’utilisation du vase comme élément principal de notre nouvelle marque de territoire s’est donc imposée comme une évidence. Nous avons conçu notre démarche d’attractivité autour de ce symbole fort dont la seule notoriété nous permet de sortir des radars. Dans la grande compétition des territoires pour séduire de futurs investisseurs, touristes et visiteurs, le GrandSoissons dispose d’un avantage de renommée qui permet de faciliter le premier contact.

D’une manière générale pour les concitoyens, pourquoi l’identité des territoires implique attractivité, histoire, bienveillance, respect… ? Et qu’est ce que cela implique dans votre communication sur le long terme ?

L’identité doit à mon sens surtout rimer avec fierté. Pour qu’un citoyen passe du statut d’habitant à celui d’ambassadeur, il faut donc lui donner toutes les bonnes raisons d’aimer son territoire jusqu’au point de vouloir en être un défenseur ou un promoteur. J’ai conscience que c’est un travail de longue haleine, mais c’est cette ambition qui stimule notre créativité quotidienne pour valoriser tout ce qui mérite de l’être.

L’identité du territoire se construit grâce et avec les habitants. Notre stratégie de communication consiste donc à « semer les graines » et à armer (en arguments) ceux qui, aujourd’hui puis demain porteront haut les couleurs de notre territoire.

La question de la RSE est-il au cœur de vos préoccupations ? Et si oui pourquoi ? Sur quelle thématique ?

Ces questions sont au cœur du projet politique incarné par les élus locaux. L’étroitesse des liens entre le service communication et les élus municipaux fait en sorte que ces préoccupations soient omniprésentes dans notre façon de traiter l’information et de valoriser les initiatives locales.

Quelles ont été les innovations, les programmes du vivre ensemble, les projets urbains de développements, les appels à projets dont vous êtes le plus fier et ceux qui ont eu le plus d’impact auprès des habitants ?

Les Soissonnais avaient l’impression de vivre dans un territoire endormi depuis une quarantaine d’années. Depuis bientôt 10 ans, les habitants assistent à une complète métamorphose du GrandSoissons : rénovation complète des rues du cœur de ville de Soissons et du quartier de gare, construction d’un nouveau complexe aquatique, d’une Cité de la Musique et de la Danse, d’une maison des associations …

Les Soissonnais expatriés qui reviennent occasionnellement n’en croient pas leurs yeux. GrandSoissons devient chaque année plus beau, plus moderne et plus dynamique. Ce qui me rend le plus fier c’est lorsque j’entends qu’un ancien soissonnais qui avait pourtant choisi volontairement de partir ailleurs arrive à convaincre sa famille de venir s’installer dans la ville qui l’a vu naître.

Pensez-vous développer des nouvelles formes de proximité informationnelle à l’avenir ?

En matière de communication je pense qu’on n’a pas inventé de meilleur support depuis le bouche à oreille. Dans un territoire à taille humaine comme le nôtre, la proximité informationnelle c’est avant tout de la présence sur le terrain. Il s’agit donc avant tout que les élus et services de la collectivité soient présents et accessibles le plus souvent possible.

Si vous aviez un conseil à donner à d’autres directeurs de la communication, quel serait-il ?

Je pense que pour être crédible auprès du grand public il faut d’abord être convaincu. Ainsi, pour connaître pleinement un territoire je pense qu’il faut y vivre au quotidien et s’en faire sa propre expérience. La mission d’un directeur de la communication d’une collectivité ne s’arrête pas à la porte de l’Hôtel de Ville. Vivre sur le territoire c’est se créer de multiples opportunités d’assurer sa fonction même lorsqu’on va boire un verre en terrasse, déposer ses enfants à l’école ou acheter des légumes au supermarché.

Marc Michiels

Marc Michiels

Rédacteur en chef : Donner la parole à l’autre sous la forme d’une tribune, une interview est en quelque sorte se donner à lire, comme une part de vérité commune… / Retrouvez-moi sur LinkedIn

Vous aimerez aussi

S’inscrire aux alertes de Culture RP, c’est s’assurer de ne rien perdre de l’information mise à disposition sur notre blog.