La nécessité de (très) bien interpréter les Social Data

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Tribune de Maud et Anthony Rochand, Co-fondateurs de LEW : Les marques qui exploitent les données en 2021 pour prendre des décisions bénéficient d'un avantage concurrentiel...

#ParoledExpert

Faire parler la donnée n’est plus une option, c’est un prolongement des efforts de marketing d’une marque !

Maud & Anthony Rochand, Co-fondateurs de LEW.

Selon une étude Spunk et True Global Intelligence « Les données sont très ou extrêmement précieuses pour le succès global de l’entreprise (81 %), l’innovation (75 %) et la cybersécurité (78 %) » Il  est indéniable que la production de données, et notamment sur les plateformes sociales est exponentielle depuis quelques années, et que ces données sont absolument indispensables pour donner une orientation efficace au marketing. 

De façon basique, les données sociales (Social Data) sont ces informations collectées sur les réseaux qui montrent comment les utilisateurs partagent, consultent ou engagent la conversations sur ces espaces.

Mais que faire avec toutes ces « social data » ?

Les marques qui exploitent les données en 2021 pour prendre des décisions bénéficient d’un avantage concurrentiel, réduisent leurs différents coûts, et de ce fait augmentent leur CA, qui est le nerf de la guerre. C’est la bonne formule, mais si l’on regarde de plus près, ces mêmes marques peuvent avoir du mal à savoir par quoi commencer, quoi collecter, et faire bien parler cette data …

Pour les entreprises la notion de risque restera toujours une composante de leur business, mais les décisions fondées sur la data les rend moins vulnérables, quant à l’éventualité d’un échec. Le risque acquiert tout du moins ici une certaine palpabilité car elles peuvent en avoir des représentations.

Les outils à mettre en place

Tout n’est pas simple question d’outils, mais pour un projet social data solide il faudra se doter du ou des meilleurs outils pour votre projet. En effet vous devez rassembler et analyser des ensembles de données pour donner un sens aux différents efforts marketing réalisés et obtenir une « radio complète » du contexte. Etre suffisamment intuitif et complet, avec une prise en main plutôt facile  pour analyser toutes ces données, voilà ce que doit avoir comme pré-requis un outil social data. Il faut trouver un bon compromis entre l’outil freemium et le premium, avec un petit peu de bugdet (tout de même) ; ce seront les critères principaux pour se doter de la bonne plateforme. Ce sera celui qui vous permettra vraiment de comprendre les performances de vos canaux sur les médias sociaux, mais également de posséder des données tierces sur les concurrents, pour savoir comment vous vous positionner.

Baromètre de l’engagement des marques : évolution du phénomène en 1 an
Écouter le Replay du Webinar

Etablir des objectifs et prioriser

Toute décision qui est prise, doit avoir pour point de départ les objectifs de votre organisation.

La toute première question à se poser est : quels sont les objectifs à améliorer ? Qu’est ce que je dois prioriser pour aider à la décision ?

Suivi des indicateurs uniques sur chaque plateforme

Quelle que soit la plateforme, une bonne compréhension (fine) des performances de chaque réseau est de mise. Les réseaux sociaux vous proposent cette dernière notamment via leurs propres outils d’analyse en natif, cela afin d’observer par exemple les engagements sur Twitter Analytics ou encore le reach sur les insights Instagram. Chaque plateforme fera l’objet d’un suivi unique avec des KPIs différents à surveiller. C’est pour cela aussi que l’outil « tout en un » sera primordial, pour ainsi obtenir une vue multicanale et un détail par canal marketing.

Trouver des données réellement pertinentes

Une fois que vous avez planté le décor et posé noir sur blanc ces différents indicateurs-clés, il est temps de trouver et de présenter des données pertinentes.

Vous ne souhaitez pas passer des heures à analyser des données qui n’auront aucun impact sur votre décision finale, c’est une certitude, le contraire serait étonnant. Par conséquent, veillez à ce que les données soient pertinentes et ne collectez que celles qui ont un rapport (réel) avec votre objectif. Vous balayez déjà des données inutiles. L’un des aspects les plus importants de la collecte de données sur les médias sociaux est de disposer de suffisamment d’informations pour les décisions finales se fassent en toute confiance.

Baromètre de l’engagement des marques : évolution du phénomène en 1 an
Écouter le Replay du Webinar

Les informations sur les clients et les communautés sont essentielles pour tout objectif.

Qu’il s’agisse de déterminer le contenu que vos clients souhaitent voir ou de gérer la communauté, vous devez prendre vos décisions en fonction des datas. Lorsque les données sont recueillies sur les médias sociaux, elles sont mesurées ou analysées pour voir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. D’ailleurs, les marques recueillent souvent des données sans relâche de nos jours (c’est pour cela que l’on peut parler de social big data). Chaque fois que quelqu’un « like » une publication ou s’engage auprès de votre marque, il s’agit de nouvelles données en somme. Les données des médias sociaux sont finalement la source brute que vous obtenez lorsque vous exploitez ou analysez vos réseaux sociaux. Avec ces données, vous pouvez ensuite utiliser l’analyse des médias sociaux pour donner un vrai sens à toutes ces informations brutes.

La bonne pratique souvent consiste à se servir de l’historique, de jeter un coup d’œil à vos précédentes campagnes et publications. Qu’est-ce qui a vraiment  fonctionné ? Il est nécessaire de se concentrer sur ce qui a bien fonctionné pour utiliser les bons ingrédients, ce sont déjà des décisions qui vont dans le bon sens. Plus simplement, mettez en exergue ce qui a fonctionné et moins de ce qui peut ou ne peut pas fonctionner. Et tout cela sera basé sur les données collectées qui serviront à prendre des décisions commerciales plus intelligibles et intelligentes. 

Mesurer et réitérer

Les décisions qui sont prises à ce stade-ci sont bonnes et le succès (ou pas) est là ! Mais cela ne veut pas dire que le process de décision est terminé pour autant, bien entendu. Sur la suite, examinez avec soin les données que vous avez recueillies à l’origine et sur lesquelles vous avez fondé votre décision de départ. Lorsque l’échéance de l’objectif arrive, comparez les données historiques avec les nouvelles datas que vous avez collectées. Les questions à se poser à ce moment là : est-ce que votre décision basée sur les données a-t-elle eu un impact positif directement sur votre développement ? Si la décision est synonyme de succès, c’est parfait, dans le cas contraire il faudra redoubler d’efforts. La décision prise n’a peut-être pas eu un impact immédiat, mais vous savez maintenant ce qui n’a pas fonctionné, il faut voir le bon côté des choses.

La méthodologie est importante dans un projet Social Data, au-delà des outils, c’est cette prise en compte de l’historique passé et des questions importantes à se poser, pour prendre ces fameuses bonnes décisions !


Bio :
Anthony Rochant : CEO Co-fondateur de LEW – Consultant / Formateur / Speaker Communication d’influence et Social Data – Social Listening.
Maud Rochand : CMO Co-Fondatrice de LEW – Consultante Communication Digitale et Influence – Social Listening.

LEW (Les Experts du Web) est une structure de formation et consulting en communication digitale (Certifiée CNEFOP & Qualiopi)

Marc Michiels

Marc Michiels

Rédacteur en chef : Donner la parole à l’autre sous la forme d’une tribune, une interview est en quelque sorte se donner à lire, comme une part de vérité commune… / Retrouvez-moi sur LinkedIn

Vous aimerez aussi

S’inscrire aux alertes de Culture RP, c’est s’assurer de ne rien perdre de l’information mise à disposition sur notre blog.